08-2016, tome 113, 2, 2016, p. 265-289 - Remolins - The Neolithic Necropolis of Feixa del Moro (Juberri, Andorra): Review and New Data

Cliquez sur la photo pour zoomer

Quantité :

Prix : 15,00 €TTC


08-2016, tome 113, 2, 2016, p. 265-289 - Remolins - The Neolithic Necropolis of Feixa del Moro (Juberri, Andorra): Review and New Data

Résumé : Au début des années 1980, sur un versant des vallées andorranes, un ensemble d’interventions archéologiques réalisées par l’ancien « Servei d’Investigacions Arqueológiques del Patrimoni Artístic Nacional d’Andorra » permit de documenter le site de la Feixa del Moro. En contrebas de terrasses abandonnées, dans une zone de haute montagne, plusieurs structures d’habitat et d’inhumation furent découvertes, situées chronologiquement entre le Néolithique ancien et le Néolithique moyen (milieu du Ve-début du IVe millénaire cal. BC). La singularité de la Feixa del Moro ne résidait pas uniquement dans son emplacement, ni dans la diversité typologique de ses constructions, mais aussi dans l’excellent état de conservation de ses vestiges et particulièrement de ses sépultures, faisant de cet ensemble un des sites archéo-logiques de référence du Néolithique des Pyrénées en particulier, et de la Méditerranée occidentale en général.

Encore aujourd’hui, les sites présentant des ensembles clos avec un tel degré de conservation de leurs structures sont rares. Il est insolite que dans une zone aussi réduite soient concentrés des structures sépulcrales, des foyers, des silos, etc. qui apparemment coexistent dans une même unité stratigraphique.

C’est un site ayant peu de parallèles, et pas seulement dans la zone andorrane, mais également dans toutes les Pyrénées. En effet, en trois décennies fut découverte uniquement une autre sépulture de cette époque à Segudet (Andorre), et seuls quelques sites néolithiques ont été documentés à des altitudes élevées. Bien que les sépultures en ciste soient courantes dans le Nord-Est de la péninsule Ibérique et dans le Sud de la France, aucune n’a été découverte en contexte de haute montagne comme c’est le cas à la Feixa del Moro.

L’intervention minutieuse réalisée entre 1983 et 1985 permit d’obtenir un instantané d’une communauté de la culture des « Sepulcros de fosa », établie en plein cœur des Pyrénées, et prouva l’occupation complexe des territoires de montagne à cette période. Il faut ajouter à cela le pari réalisé par le directeur de l’intervention qui encouragea de nombreuses analyses, ce qui fit de la Feixa del Moro un site de référence pour la recherche, et ce encore aujourd’hui.

Trente ans plus tard, les avancées techniques et méthodologiques ont entraîné la révision des anciennes interventions et la réalisation de nouvelles analyses permettant de rouvrir certains débats et en définitive de progresser sur les connaissances du passé. À cet égard, depuis 2011 et dans le cadre du projet « Aproximación a las primeras comunidades neolíticas del NE peninsular a través de sus prácticas funerarias » (HAR2011-23149), financé par le ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité, une équipe de recherche pluridisciplinaire a repris l’étude de nombreux contextes sépulcraux du Néolithique du Nord-Est de la péninsule ibérique, parmi lesquels celui de la Feixa del Moro. Dans ce cas précis, nous avons décidé de reprendre les études, de revoir les mobiliers funéraires et de mener de nouvelles analyses biochimiques et de datations sur les restes humains issus des trois sépultures en ciste de la Feixa del Moro, dans l’objectif de mieux connaître les premières communautés d’agriculteurs et d’éleveurs qui peuplèrent les Pyrénées.

Depuis l’ultime intervention sur le terrain aux débuts des années 1990 jusqu’à l’étude actuelle, de nombreuses données ont été perdues. Par conséquent, ces trente dernières années ont été marquées par des confusions et des contradictions continuelles qui se perpétuèrent dans de nombreuses publications et études réalisées a posteriori par d’autres chercheurs. Cet ensemble combiné de circonstances malchanceuses et malheureuses a très probablement eu des répercussions sur les interprétations qui ont pu être faites. Pour cette raison, le présent projet ne se contente pas de réaliser de nouvelles analyses, mais a aussi pour objectif de revoir toute l’information écrite et graphique conservée, tout comme l’état du matériel déposé.

Le travail que nous présentons ici rassemble toutes les données disponibles sur la Feixa del Moro jusqu’à aujourd’hui, expose les confusions détectées dans les sources, actualise les registres archéologiques obtenus dans les années 1980 et présente les résultats des nouvelles analyses effectuées. Grâce à cette démarche nous souhaitons que ce site continue d’être une référence pour le Néolithique dans les Pyrénées et la Méditerranée occidentale. Nous souhaitons également attirer l’attention d’autres chercheurs afin qu’ils continuent d’analyser et d’apporter de nouveaux éléments et de nouvelles approches pour mieux comprendre les sociétés néolithiques.

Mots-clés : Pyrénées, haute montagne, Néolithiqu ancien-moyen, Andorre, « Sepulcros de fosa », analyse de mobilier funéraire.

 

Abstract: At the beginning of the 1980s, a series of archaeological interventions carried out by what was previously called the ‘Servei d’Investigacions Arqueológiques del Patrimoni Artístic Nacional d’Andorra’ in a Pyrenean valley in Andorra allowed the investigation of the Feixa del Moro site. In a high-altitude area below a series of abandoned terraces, several dwellings and burial structures were located, all of them with chronologies ranging between the Early and the Middle Neolithic (from the mid 5th millennium to the early 4th millennium cal. BC).

The distinctiveness of this site does not only lie in its geographical location, nor in the kind of structures discovered, but also in the very good state of preservation of the human bone material recovered from the burials, making Feixa del Moro one of the reference sites for the Neolithic in the Pyrenees and, in general, the Western Mediterranean.

So far, sites with a similar conservation of both bones and burial structures are really uncommon. Moreover, the concentration in so small an area, and in the same stratigraphic unit, of such a diversity of evidence, including burials, silos and hearths, is yet more unusual. There are no similar sites in Andorra, or even in the entire Pyrenees. The only other burial site of comparable chronology discovered in the area is the Segudet site, and only a few high-altitude Neolithic dwelling sites are known. Even if cist burials are quite common in the northeast of the Iberian Peninsula and in Southern France, Feixa del Moro is the first that has been found at high altitude.

The archaeological work undertaken between 1983 and 1985 provided a picture of a farming community belonging to the so-called ‘Sepulcros de fosa’ Culture, established in the very heart of the Pyrenees and, thus, highlighted the complexity of Neolithic settlement patterns, even in mountainous zones. At the same time, several analyses of the archaeological materials were already carried out, making Feixa del Moro a reference site for archaeological research even now.

Nevertheless, three decades later, new methodologies and the technical advances available are allowing archaeologists to refine old interpretations, to reopen old debates and to carry out new analyses that can improve our understanding of the past. In this respect, since 2011, within the research project ‘Aproximación a las primeras comunidades neolíticas del NE peninsular a través de sus prácticas funerarias’ (HAR2011-23149), funded by the Spanish Ministry for the Economy and Competitiveness, a group of interdisciplinary researchers have begun to study several Neolithic burial contexts in the northeast of the Iberian Peninsula, among which Feixa del Moro. Following this perspective, in this paper, we present the outcome of the new analyses carried out on the burial goods and of the biochemistry and radiocarbon analyses carried out on the human bone material from the three cist burials of Feixa del Moro, with the aim of better understanding the early farming communities who settled in the Pyrenees.

Since the last archaeological work carried out in the 1990s, large quantities of data have been lost. This has produced a certain degree of confusion and misunderstanding that has been repeated in other studies undertaken a posteriori on the site by other scholars. Some of these interpretations need to be revised. That it is why, within the current research project, we are not only bringing in new analyses, but also re-examining all the old written and graphic information available, as well as the state of the conserved archaeological material.

The data presented in this paper resume all the available information on the Feixa del Moro site, correcting old mistakes and bias, updating the 1980s archaeological registers and presenting new analyses as well. Our aim is to ensure that Feixa del Moro remains a reference site for the Pyrenean and Western Mediterranean Neolithic. At the same time, we wish to encourage other researchers to undertake new analyses and to embrace new perspectives in order to improve our understanding of Neolithic societies

 

Keywords: Pyrenees, high-altitude mountains, Andorra, Early-Middle Neolithic, ‘Sepulcros de fosa’, artefacts analysis.