Dynamiques culturelles et transformation des paysages dans un continent en mutation : du Big Dry à l’Holocène dans l'Est africain Actualités SPF En Mouvement / In Bewegung / On The Move. Mobilités des hommes, des objets et des idées entre le LGM et le début de l’Holocène

« À coup d’éclats ! » La fracturation des matières osseuses en préhistoire / Marianne Christensen & Nejma Goutas
 
Christensen_&_Goutas_2018 [Libre accès]
Marianne Christensen & Nejma Goutas (2018) - « À coup d’éclats ! » La fracturation des matières osseuses en préhistoire, Paris, Société préhistorique française, 367 p. EAN 9782913745742 / ISSN 2263-3847, 0,00 €.

La fracturation lato sensu des matières osseuses désigne différentes réalités, selon les disciplines concernées (archéozoologie, technologie, anthropologie physique), mais aussi selon les contextes historiques et scientifiques dans lesquels ce concept est utilisé, les matières premières auxquelles il est appliqué, ou encore ses objectifs. Devant cette multiplicité des points de vue, se sont développées certaines incohérences méthodologiques, terminologiques et scientifiques. Il devenait donc essentiel de produire un regard critique sur cette polysémie du concept de fracturation des matières osseuses, car ses conséquences dépassent largement le seul champ épistémologique et influencent parfois directement certains modèles interprétatifs des faits préhistoriques. Ce volume a un objectif à la fois historiographique, à travers un état de l’art des recherches relatives à la transformation des matières osseuses par fracturation et les techniques de fracture utilisées, mais aussi méthodologique, via une (ré-)évaluation de certains critères analytiques et de diagnoses employés pour discriminer les différentes modalités de transformation des matières dures d’origine animale faisant intervenir des actions de percussion. Enfin, ce volume rassemble une dizaine de textes autour de l’exploitation du bois de cervidé, de l’os, de l’ivoire, de la coquille et du bois végétal, à partir de cas d’étude issus de contextes aussi variés que le Paléo-mésolithique d’Europe occidentale et orientale, ou l’Holocène de l’extrême sud de l’Amérique du Sud.
Fracturing lato sensu of osseous materials can have different meanings depending on the field involved (zooarchaeology, technology, anthropology) as well as according to the historical and scientific context in which this concept is used, the raw materials to which it is applied, or the objectives that were pursued. These various points of view led to the development of methodological, terminological or scientific inconsistencies. It therefore became essential to take a critical look at the polysemous concept of the fracturing of osseous materials, because its consequences extend well beyond the epistemological sphere and sometimes directly impact interpretative models of prehistoric social realities. This volume pursues a twofold objective: a historiographical one—through state-of-the-art of research carried out on the transformation of osseous materials by fracturing and the fracturing techniques used; and a methodological one—through the revision of distinct analytical criteria and diagnostics used to differentiate between the modalities of transformation related to hard animal materials by using percussion. Lastly, this volume groups together a dozen contributions dealing with the exploitation of cervid antler, bone, ivory, shells, and wood based on case studies from a variety of contexts such as the Palaeolithic and Mesolithic in western and eastern Europe or the Holocene period in the southern tip of South America.

 

Libre accès - Sommaire et téléchargement

 

Retour