Human iconography and symbolic meaning in Near Eastern prehistory / Jörg Becker, Claudia Beuger & Bernd Müller-Neuhof (2019) Actualités PCR « Réseau de lithothèques » et GDR « Silex » : Bilan de quinze ans d’approche dynamique des silicites

​Autour du centenaire d’un préhistorien : Émile Rivière (1835-1922) en questions
 

Une séance spécialisée de la Société préhistorique française

 

mercredi 7 décembre 2022
Saint-Germain-en-Laye - Musée d’Archéologie Nationale

 

 

202212_saint_germain_riviere

Émile-Valère Rivière est décédé il y a exactement cent ans en 2022. Pour toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à la période fondatrice de la discipline préhistorique au tournant du XIXe siècle, c’est un nom qui y occupe une place particulière pour quatre raisons principales :
-  Sa pratique de l’archéologie de terrain, basée sur la collecte de « tous les objets » (Féaux 1896) et la description détaillée des « faits » archéologiques (Rivière 1896), l’amène à des découvertes majeures concernant les pratiques funéraires et artistiques, et témoigne d'une approche archéologique différente des sites ;
-  Sa propension à communiquer et à publier ses découvertes, ses nombreuses prises de position parfois à contre-courant des concepts scientifiques de l’époque ;
-  Sur le versant des « amateurs éclairés », Émile Rivière représente un maillon essentiel de l’histoire d'une discipline en train de changer de statut (normalisation, institutionnalisation). Il est le co-fondateur de la Société Préhistorique de France en 1904, devenue Société Préhistorique Française en 1911, à une époque où le réseau des archéologues amateurs connaissait une intense activité intellectuelle lui permettant de « rivaliser » avec les « savants officiels » (Hurel 2007 ; Soulier 2007).
- L'importance du mobilier archéologique issu de ses fouilles dans les collections des musées archéologiques qui se sont constitués à la fin du XIXe siècle.

 

Figure importante de l’archéologie paléolithique au tournant des XIXe-XXe siècles, Emile-Valère Rivière est pourtant moins bien connu que certains de ses contemporains. L’objectif de la Séance est de dresser un bilan de la recherche académique sur Émile Rivière, son œuvre et sa postérité scientifique. Cette Séance sera également l’occasion de discuter et de mesurer son influence sur notre façon de penser les comportements des préhistoriques et sur la pratique de la discipline.

 

Quatre thèmes alimenteront les communications de la table-ronde :
    • Qu’est-ce qu’être préhistorien au XIXe siècle : entre fondation et modernité (Coye 2011)? Cette thématique sera l’occasion d’aborder la figure d’Emile Rivière à travers les réseaux préhistoriens et ses contemporains (Capitan, de Mortillet, Cartailhac, Daleau, Breuil, Peyrony, etc.). Elle abordera également l'émergence d'une communauté scientifique, le mouvement de structuration et de normalisation de la préhistoire, les solidarités qui se mettent en place.
 
    • Méthodes de terrain, étude du mobilier archéologique, entrées de ce dernier dans les collections muséales : cette thématique sera l’occasion d’aborder plus directement Emile Rivière à travers son œuvre, les terrains prospectés/fouillés et l'influence de ses travaux sur la discipline.
 
    • La difficile reconnaissance de l’art pariétal : Les prises de position d’Emile Rivière et de ses pairs sur ce sujet seront mises en avant. De manière plus large, cette thématique sera l’occasion d’aborder la question des débats, entre conceptions matérialistes ou culturelles de l'évolution, des facultés d'abstraction de l'homme primitif.
 
    • La question des sources et des archives : cette thématique sera l’occasion d’aborder des éléments de biographie d’Emile Rivière pour une meilleure connaissance de sa vie et de son milieu (familial, social, professionnel, les différentes fonctions occupées). Que deviennent ses archives ? Quelles pistes sont à explorer autour de ses travaux et de la figure du personnage ?

 

Bibliographie citée :

  • COYE N. (2011) - Une discipline en reconstruction : la préhistoire française de la première moitié du XXe siècle, Le Genre humain, 1, 50, p. 199-220.
  • FÉAUX M. (1896) - Excursion à la grotte de La Mouthe, Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, p. 335-346.
  • HUREL A. (2007) - La France préhistorienne de 1789 à 1941, Paris, CNRS, 281 p.
  • RIVIÈRE É. (1896) - La grotte de La Mouthe. Note de M. E. Rivière (extrait), Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, p. 543-546.
  • SOULIER P. (2007) - Un siècle de Bulletin de la Société préhistorique française (1904-2004) : déambulation bibliographique au coeur d'une société, savante et centenaire, in J. Evin (dir.), Un siècle de construction du discours scientifique en préhistoire. Volume I, Paris, Société préhistorique française (Congrès du Centenaire de la S.P.F., Avignon 2004), p. 27-125.

 

Conseil scientifique
François Bon, Université de Toulouse
Dominique Henry-Gambier, CNRS
Maddalena Cataldi, MNHN
Hélène Djema, MC
Arnaud Hurel, MNHN
Emilie Lesvignes, UMR 8068 TEMPS
Roland Nespoulet, MNHN
Catherine Schwab, MAN

 

Comité d’organisation
Hélène Djema, MC, Sous-direction de l’archéologie - UMR 8068 TEMPS
helene.djema@culture.gouv.fr
Emilie Lesvignes, UMR 8068 TEMPS
emilie.lesvignes@protonmail.com

 

Contact

emilevalereriviere2022@gmail.com

 

La séance est ouverte à tout public et libre d’accès, dans la limite des places disponibles, mais l’inscription est obligatoire. Une retransmission en visioconférence est à l’étude.

 

tous_les_partenaires

 

Retour